Entête de bienvenue

Bienvenue sur notre blogue autour de la résolution de conflits.
Si vous souhaitez en savoir plus sur le principe, visitez notre page sur la méthode.
Votre avis
nous intéresse. Alors, laissez-nous un commentaire courtois. Merci à vous.



mercredi 21 novembre 2012

Questions - Réponses

Les techniques de résolutions de conflits sont-elles faciles?
Le principe en 4 étape est simple : 1-se calmer.  2-ses besoins.  3-mes besoins.  4-nous, des solutions.
En pratique, ce nouvel apprentissage n'est pas simple; car, sous les émotions, nous avons tendance à revenir à nos anciens "patterns" : fuite en boudant, plaintes,  manipulations, ou lutter, en criant, en frappant, ironiser…

Rencontrer la personne pour discuter de ce qui ne va pas, c'est bien beau. Mais ce n'est pas toujours facile!

C'est exact. Cela fait peur d'avoir à confronter certaines personnes, sur certains problèmes. Si la peur est plus grande que l'avantage à rencontrer la personne, nous risquons d'être inhibé. Il nous faut travailler sur notre peur, avant.
Identifier notre peur; des techniques telles que l'enfant en soi, l'EMDR, peuvent aider par exemple. Peut-être faudra t-il faire appel à une personne-ressource avec qui parler: amis, association, psychologue, médecin.

En rencontrant l'autre, est-ce que cela ne risque pas d'empirer?

1. En commençant par les besoins sincères et supposés de l'autre, son intention positive, la personne devrait se dire: "bon il me comprend. Voyons ce qu'il a à me proposer".
2. En parlant de mes besoins, plutôt que des reproches, je n'attaque pas l'autre.
J'évite les causes et mêmes les faits, dans la mesure du possible, pour éviter les reproches.

Si ma peur ou ma honte de l'autre est trop grande, la rencontre risque d'empirer. Il vaut mieux que je travaille sur mes émotions, avec l'aide de quelqu'un

Peut-être quand le faisant par écrit, selon le principe en 4 étapes, on peut mieux gérer nos émotions. On peut mieux choisir nos mots, aussi.

Déjà que je trouve que je me laisse avoir, j'ai peur, de tout accepter, avec ce genre méthode.

Au contraire, avec ce genre de méthode, nous apprenons à identifier nos besoins et les exprimer.

Je veux bien appliquer la méthode, mais je ne vois pas pourquoi je serai le seul à faire des concessions?

Si notre objectif est de trouver des solutions et nous sentir bien après: en faisant l'effort de comprendre les besoins de l'autre, puis en exprimant les nôtres, nous devrions trouver des solutions. Avec une méthode gagnant-gagnant, le calme retrouvé nous aide à nous sentir vraiment bien.

Si notre objectif est de montrer qu'on ne va pas se laisser faire avec des gagnant-perdant, alors faites ce que vous avez l'habitude de faire. Mais le début de fierté de s'être affirmé, risque de laisser ensuite place à de la colère, parfois de la honte.

Est-ce que cela fonctionne dans tout les cas?

Si le rapport de force avec l'autre est égal ou supérieur - à notre avantage, cela devrait fonctionner.
À moins que ce soit nous qui, profitant de notre avantage, ne fassions pas tellement d'effort. Mais attention! ce rapport pourrait s'inverser un jour.

Si le rapport de force est à l'avantage de l'autre, il risque de ne pas se sentir obligé de faire des efforts. Avant de le rencontrer, nous aurions avantage à travailler sur mes émotions.
Parfois, nous devrons rencontrer des personnes ressources, une autorité, un groupe de soutien, pour rééquilibrer la balance des pouvoirs.

Mêler ses émotions au travail ou à l'école n'est pas très bon. On va se moquer de moi en disant que je suis trop sensible.

Avec les personnes insensibles,  les pré-adolescents ou lorsque les antagonistes se détestent, parler de nos émotions, risque d'attirer de la moquerie: "Oh. Pauvre petit, il est trop sensible". "Tu es triste pour ça? C'est ridicule voyons". Ou des critiques derrière notre dos: "Il me dit qu'il est triste. Mais si il est trop sensible, il devrait faire autre chose".*

Identifier nos émotions permet de les calmer. Il est utile de faire ce travail rapide d'introspection, mais pas forcément de l'exprimer.
Évoquer nos besoins à l'avantage de nous montrer plus affirmé.

* Cela dit, nos émotions nous appartiennent. Les revendiquer, est une manière de nous affirmer: "Tu trouves peut-etre ridicule. Mais MOI, je te dis que je suis triste et que cela me fait peur. Je sais ce que je ressens, d'accord?"


Et si je n'aime pas la personne?

Il existe 2 types de conflits: les conflits de situation et les conflits de personnes. Quand on commence à penser que l'autre est un problème, c'est un conflit de personne, fait remarquer le génial chercheur J. Gottman.
D'où une méthode axée sur les besoins, plutôt que les émotions ou les faits.
Quand on ne s'aime pas, les émotions et les arguments de l'autre ne nous intéressent pas.

Sinon la méthode, loin des yeux, loin du cœur fonctionne très bien aussi. Mais cette fuite n'est pas toujours sans conséquences…

J'ai très peur d'une personne. Je me sens harcelé. Est-ce que la méthode pourrait fonctionner?

Dans le cas d'un harcèlement, l'échec d'une rencontre risque de décroître notre sentiment de confiance. Il est préférable de rencontrer des personnes ressources et d'obtenir de l'aide pour contre-balancer le rapport de force.

Est-ce qu'on a toujours intérêt à intervenir, même quand il y a le risque de se faire frapper?

En secourisme, le 1er principe de base est que si il y a danger, il faut d'abord aller chercher de l'aide. Le principe est le même ici.

Il faut revenir au plus important. Est-ce notre sécurité, revoir votre famille nos amis, nos enfants, un jour, est le plus important? Ou encore l'inconvénient momentané, d'une musique un peu forte, d'un individu menaçant, par exemple? Ou notre déshonneur d'avoir été insulté?

Ensuite, dans le cas, d'une expérience traumatisante, il est vraiment important d'en parler avec d'autres, voir même, d'avoir une rencontre avec un thérapeute, pour éviter les chocs post-traumatiques.

Pour moi, cela va mal au travail, chez moi et aussi avec des amis? Est-ce que cela peut m'aider.

La méthode est adaptée au travail, comme dans notre vie personnelle.
Toutefois, quand on commence à avoir des problèmes partout, nous avons peut-être un problème d'adaptation temporaire. Il serait utile de rencontrer une aide extérieure, un thérapeute.

J'ai essayé d'appliquer la méthode et cela n'a pas fonctionné?

C'est un apprentissage permanent, avec des essais erreurs. Pour s'améliorer, nous pouvons nous poser des questions:
-         Ais-je appliqué les 4 étapes?
-         En particulier, ais-je évoqué mes besoins ou était-ce des critiques? La ligne est parfois mince.
-         Est-ce que j'étais suffisamment calme avant de commencer à parler?
-         Sinon, comment pourrais-je demander à différer la conversation? Pour prendre le temps de me calmer, une prochaine fois
-         Comment aurais-je pu dire les choses autrement pour une fois prochaine?
-         Puis-je revoir la personne? Peut-etre pas pour m'excuser, mais pour en reparler calmement, cette fois

Franchement, j'ai respecté la méthode et cela n'a pas fonctionné. Ca va durer encore longtemps ces "niaiseries"? (traduire: je suis à bout de nerf)

On ne change pas les gens en une seule fois. Peut-être en rediscuter avec une personne familière avec la résolution de conflits pourrait permettre de voir quelques petites erreurs: des comparaisons dévalorisantes, une petite critique masquée, de l'humour interprétée comme de l'ironie...

Sinon, quand quelque chose ne fonctionne pas, il faut essayer autre chose. Après tout, vous n'êtes pas "mariés" avec la méthode.

Dans d'autres méthodes, on doit identifier les faits et les émotions?

Identifier les émotions est utile pour les calmer. Distinguer les faits, des croyances est très enrichissant pour notre façon de voir. Mais les faits sont difficiles à identifier et peuvent être contestables.

Comme la méthode de résolution de conflits axée sur les besoins, qui fonctionne dans le cas de conflits de personne, fonctionne aussi en conflit de situations, je propose qu'on se concentre surtout sur cette technique.




Ne risque t-on pas de manipuler, avec ce genre de méthode?

Malheureusement oui.
Surtout quand on parle de nos émotions. Elles pourraient être exagérées ou même inventées. C'est la raison pour laquelle, je propose d'utiliser une méthode axée sur les besoins.
En faisant semblant de compatir avec l'autre, nous manipulons aussi. Attention, chacun de nous a suffisamment de capacité pour reconnaître les émotions de mépris. Après coup, l'autre pourrait avoir l'intuition d'être trompé. Sa réaction risque d'être distante ou agressive.
 On pourrait aussi manipuler en s'inventant de faux besoins, par faciliter pour arriver à nos fins. Avec l'expérience, nous comprenons que nous n'avons plus besoin de nous inventer ce genre de stratagème, afin d'être cohérent avec nos valeurs.





Est-ce qu'avec cette méthode, je n'aurai jamais de conflits?

Cette méthode n'empêche pas la création de conflits. Elle permet de les résoudre plus rapidement, avec le moins de fracas possible. En se sentant bien après.

Est-ce qu'il existerait un moyen de ne plus avoir de conflits?

Je crois qu'il y a conflit, parce que je vois un problème, accompagné d'émotions déplaisantes (peur, tristesse, honte, colère). Mais là où je vois un problème, d'autres pourraient voir quelque chose de drôle, une occasion d'apprendre ou ressentir une indifférence.

Pour un homme, à Sherbrooke (est du Québec), c'était les décorations de noël en été, qui l'énervait, au point de créer une association, mener son voisin en justice et finalement déménager. Et nous, quelles sont nos obsessions?

Comment pourrions-nous diminuer les conflits?
- identifier ce qui est le plus important dans notre vie- comprendre sincèrement les besoins des autres
- lorsqu'un problème nous dérange, identifier nos émotions et en essayer de les calmer (techniques de l'enfant en soi, l'EMDR simplifié ou accompagnement thérapeutique.
- revenir à l'essentiel: le simple plaisir des sens, manger/boire, prendre son temps, vivre dans la stricte simplicité volontaire
- voir le bon coté des choses, rire de tout
- éviter les attentes sur ce que nous ne contrôlons pas et les autres, pour éviter des déceptions
- ne pas s'attacher; vivre dans la stricte simplicité volontaire
- en acceptant que la vérité puisse se trouver entre deux
- se focaliser sur les besoins, plutôt que sur des principes, des valeurs imposées
- en évitant le stress : accepter ne pas pouvoir tout contrôler, s'ouvrir à l'imprévisible, accueillir les nouvelles situations et se détacher de l'égo (CINÉ)
- en séloignant du monde excité
- en se rapprochant de guides spirituels, coachs, modèles

Quoi d'autres?

Tout un programme, que l'on retrouve chez ceux qui méditent. Bref un long travail.

Autres questions?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez-nous votre avis, toujours poli, bien sûr.
Si vous n'avez pas de profil, choisissez "nom/URL" ou "Anonyme", en bas de liste. Merci de votre participation.