Entête de bienvenue

Bienvenue sur notre blogue autour de la résolution de conflits.
Si vous souhaitez en savoir plus sur le principe, visitez notre page sur la méthode.
Votre avis
nous intéresse. Alors, laissez-nous un commentaire courtois. Merci à vous.



samedi 4 août 2012

L'avantage d'une dépression !

Êtes vous déjà passé par ce terrible mal qu'est la dépression?
Cette tristesse profonde, ces regrets et cette culpabilité amères mêlés à la colère envers les autres et soi.
Il y a aussi ce repli sur soi, cet isolement comme une forteresse attaquée.
Ce sentiment de vouloir en finir avec ces soucis et la vie.

Moi aussi, je suis passé par là trois longues fois dans ma vie.
J'ai refusé de me faire soigner et ça a duré trois longues années interminables.
Un ami en dépression, pendant la même période s'est fait suivre par un psychologue, et ça a duré 3 mois !!!!


Une personne proche de mon entourage accusait ses collègues, les uns après les autres, de la harceler.
Au début, je lui donnais raison. Puis en l'écoutant, je m'aperçois, que ses problèmes sont redondants !!!
En travaillant avec elle sur un projet, moi aussi je commence à avoir des problèmes tangibles ,en autre, avec les ordres qu'elle donne et le ton agressif dans ses propos...

Comme nous sommes proches, je lui en fait part et je lui conseille du repos et un suivi psychologique.
Mais rien à faire: la personne parle pendant plusieurs heures pour prétendre que c'est toute l'entreprise qui a un problème, qu'elle n'a pas besoin de repos et que les psychologues ne servent à rien.

Sa réaction normale laisse dubitatif !!! Disons que ça promet pour l'avenir !!!
La chute risque être raide, raide, raide...

Après des conflits répètés avec ses employeurs et moi, la personne commence à présenter des troubles de dépression: tristesse prolongée, peurs, isolement, perte d'appétit.

Soucieux de l'aider mais pas de me faire écraser à mes dépens, je lui expose les faits:
des conflits avec des collègues et patrons + des conflits similaires avec 2 personnes de la famille.

Je lui conseille alors un repos médical  et un suivi médical.
Enfin, À force de comparaison, de métaphores, elle m'écoute, en bougonnant, mais elle m'écoute.

Sans ce début de dépression, je crois que la personne en question 'aurait jamais acceptée de se remettre en question et prendre les solutions qui s'imposent, jusqu'à rendre la vie impossible à l'entourage.



Juste avant la dépression, on commence à avoir 1, 2, 3 problemes du même genre.
Aveuglé par notre égo, on ne voit pas le lien et on accuse les autres.
Bien sur, ce sont les autres qui ne vont pas. C'est la faute du système.

Puis un jour, on en peut plus. On craque. On se dit que le monde est nul, qu'on est nul.
C'est déja le début d'une petite remise en question.
Oh pas une remise en question flagrante. Parfois on remet ça: on recommence à se battre contre les autres, se mettre en colère et à nouveau, on s'enfonce un peu plus.

Puis à force de se battre comme une guêpe dans un liquide, on s'épuise, on s'abandonne.

Si un soutien extérieur arrive un peu, des conseils de la famille ou d'un ami, on peut se relever un peu.
Mais ce qui va vraiment faire la différence: c'est le suivi psychologique.

Si la personne n'est pas accompagnée, la dépression peut mener à une chute vertigineuse.

C'est dur à admettre, mais si la personne est bien accompagnée,
la dépression est l'occasion de se remettre en question.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez-nous votre avis, toujours poli, bien sûr.
Si vous n'avez pas de profil, choisissez "nom/URL" ou "Anonyme", en bas de liste. Merci de votre participation.